• image
  • image
  • image
  • image

L'élève réfugié

Rendre sa salle de classe sécuritaire

Pour faire de sa salle de classe un lieu sécuritaire, il est important d’établir des routines et de connaitre les facteurs déclencheurs pour les élèves ayant un vécu de réfugié.

  • Développer un sentiment de sécurité par l’établissement de routines en créant des environnements et des réponses prévisibles. Les routines aident les élèves à prévoir ce qui s’en vient. La prédictibilité permet à un enfant qui a vécu de fréquents déplacements et départs de s’autoréguler et de développer sa confiance en lui. Pour trouver des idées facilitant l’établissement de routine selon que l’élève a besoin d’une intervention ciblée ou spécialisée, cliquez ICI.
  • Mettre en place des façons de faire ou des activités régulières au cours de la journée, incluant les salutations et les au revoir, les revues quotidiennes (révision de la matière), des repères de transition (entre les activités, les moments de la journée, etc.), des activités de relaxation, etc.
  • Sélectionner des évènements importants à souligner (ex. : anniversaires de naissance; fêtes –Noël, Pâques, Saint-Valentin…; festivals scolaires - cabane à sucre, lever du drapeau, etc.)
  • Prévoir des mesures lors de changements imprévus ou prévisibles dans les routines (ex. : excursions, assemblées dans le gymnase, exercices d’évacuation, interruptions des activités dans l’établissement, votre absence, etc.).
  • Connaitre les éléments qui semblent menaçants et déclenchent des réactions chez l’élève et, si possible, éviter ces éléments. Les déclencheurs amènent une série de réactions chez l’élève qui l’empêche de se concentrer sur son apprentissage en classe. Consulter l’onglet Adaptations à la vie scolaire pour une liste d’éléments déclencheurs ou menaçants.
  • Savoir qu’un déclencheur peut être de nature visuelle, auditive, olfactive et gustative (externe). Il peut susciter une réaction physique, une émotion ou une manière de penser (interne).
  • Tenir compte du fait que la réaction à des facteurs déclencheurs est individuelle et que la connaissance du profil socioaffectif et de l’histoire personnelle de l’élève permet de savoir quoi éviter pour maintenir un climat de sécurité.
  • Être sensible au fait que la peur affecte la façon de penser et reconnaitre les divers indices d’augmentation du sentiment de la peur (expressions faciales, verbales et physiques). Revoir les stratégies d’approche pour s’ajuster au niveau de fonctionnement de l’élève.
  • Mettre sur pied diverses interventions pour aider l’élève à garder son calme.
  • Formuler régulièrement des messages rassurants (sécurité) et bienveillants (prise en charge, compassion). Pour des exemples de messages, cliquez ICI.

ClasseSecuritaireSource : Adapté de www.teachingrefugees.com (en anglais seulement) (consulté le 21 juin 2013).